• 1240 visits
  • 3 articles
  • 63 hearts
  • 112 comments

B i e n v e n u e s u r m o n b l o g . 01/07/2013

B i e n v e n u e  s u r  m o n  b l o g .

                                        Qui suis-je ?

Hallon, 16 ans, fan de Eminem, de Sting (le chanteur) et de Bryan Adams. J'aime les loups, les faucons et les lions. Je suis fan de Pokémon. J'aime la chanson, le piano, dessiner, mais, par dessus tout, j'aime écrire. Sans doute est-ce pour cette raison que je souhaite devenir Ecrivain.

                                  Mes mangas préférés ?
 
Mon manga favori est et sera toujours Fullmetal Alchemist. Mon second est Gangsta., et mon troisième Noragami, suivi de près par Détective Conan, Magic Kaito et Naruto, en passant par Tokyo Ghoul. 
Je n'aime plus autant Fairy Tail qu'avant, puisque selon moi, il s'étend trop sur les chapitres.
Je suis plus du genre shojo, puisque la romance doit être présente pour me faire apprécier un manga, surtout lorsque l'histoire en devient lassante (prenons l'exemple de One Piece, oui, je suis prête pour les grognements, j'ai mon bouclier). Je cherche des couples même lorsqu'il n'y en a pas (comme dans Gangsta. avec Nicolas et Alex).

                                  Mes couples favoris ?

Je suis du genre à aimer fourrer les héros ensemble, genre Natsu et Lucy dans Fairy tail ou Edward et Winry dans FMA. Cela me rend assez simplette, mais je suis comme ça. Mon favori tous mangas confondus est le Royai, dans FMA, et j'aime les pairings du genre du StingLu ou du Ryusaki x Misa. Par ailleurs, si vous connaissez de bonnes fictions sur ces couples, je suis preneuse. 
Bien sûr, si vous avez des mangas (sans harems et avec un peu d'action) à me conseiller, je suis preneuse, à partir du moment où la fille n'est ni timide ni chiante et où il y a bien de la romance. 

                                      Autorisé ici ?

~ Fans
         ~ Commentaires
                                 ~ Likes
                                          ~ Amis (tant que les blogs parlent de mangas)
                                                                                                               ~ Pub (il faut que cela parle de manga)

                                      Interdit ici ?
B i e n v e n u e  s u r  m o n  b l o g .

~ Le plagiat
                 ~ Les rageux
                                    ~ Les vilains méchants pas beaux


                               De quoi va traiter ce blog ?

J'écrirai mes fictions et Fanfictions ici. Elles seront basées sur les mangas que j'aime, avec les couples que j'aime. Inutile de préciser les Fandoms ainsi que les couples, étant donné qu'un sommaire prévu à cet effet a été posté ci-dessous. 
 
Une dernière chose, ce n'est pas parce que je parais sèche ou que je ne mets pas de smiley que ça fait de moi une personne chiante et froide. Je n'aime pas trop mettre des smileys dans mes phrases, sauf si je dois répondre à de gentils commentaires qui me touchent. Je trouve simplement que les smileys retirent tout sérieux dans une phrase, c'est tout. Je ne fais pas beaucoup de fautes, mais ne blâme pas les personnes qui en font. Néanmoins, je ne supporte pas le langage SMS.

           Je suis gentille, mais il y a des limites, ne les franchissez pas.
 
 
Votre webmiss, Hallon-chan.

Via Skyrock Android

Tags : Presentation. ♥

S o m m a i r e . 01/07/2013


S o m m a i r e .
Note : Tous les résumés ont été revus. Toi, lecteur, aura une grande influence sur eux, puisque c'est à toi de me dire quelle histoire tu voudrais voir postée en première. Pour ce faire, tu n'as qu'à voter dans l'article suivant.  

 
Fiction se trouvant sur un site externe : T r a h i s o n - Sasuke x Sakura
 
Concernant les fictions qui se trouveront ici :
A partir du moment ou un couple est non défini, c'est que je ne me suis pas encore arrêtée sur un choix et que la fiction n'est pas commencée. Ainsi, vous pouvez me proposer les couples que vous pensez adaptés. Même chose pour le manga.
La relecture : Quelques chapitres sont déjà rédigés mais certains passages ne me satisfont pas, je les reprends donc sans tout changer.
La réécriture : L'histoire n'est pas forcément bien avancée. Parfois, cela concerne les écrits rédigés il y a longtemps qui avaient un potentiel, et que je reprends maintenant de A à Z.
En cours : J'attends d'avoir plusieurs chapitres d'avance avant de poster le premier (c'est souvent comme ça que je fonctionne). 
En rédaction : L'histoire n'est pas encore commencée, mais l'idée de base est posée. 
Les genres sont souvent classés selon le degré d'importance. 
 
                                       S o m m a i r e . 

S o m m a i r e .

Il est préférable de préciser qu'aucun des résumés ci-dessous ne possède encore de chapitres. 


T i t r e : One year for a dream.
Manga : Bleach
Couple : Toshiro x Karin 
Genres : Univers alternatif, Romance, Fantastique, Action-Aventure.
Statut : En cours
Résumé : Mon nom est Karin Kurosaki, K.K pour aller plus vite, et pour paraître moins sérieuse. Plus ridicule aussi. Chez nous, il y a une légende à laquelle personne ne croit, de nos jours, sauf moi. Comme quoi un peuple vit au loin, le peuple des humains. J'aimerais vraiment les rencontrer, moi, simple esprit de la forêt. Yuzu, ma s½ur, pense que je ne devrais pas penser à ça. Mon père, quant à lui, souhaite que je sois comme Yuzu, et que j'arrête de me mettre en danger en jouant. Mon grand frère n'a pas d'avis. C'est pour ça que je l'aime bien. 
On a deux règles chez nous : ne jamais sortir de notre forêt (ce serait difficile, de toute façon, avec le champ de force nous retenant à l'intérieur), et ne jamais aller chez la bannie. Pas de chance, j'ai désobéi aux deux, juste pour accomplir mon rêve : aller dans le monde des humains. Kon, mon meilleur ami, m'a accompagnée à ses risques et périls. J'ai un an pour trouver mon âme s½ur (alors que l'amour me répugne), sinon, je serai jetée dans les bouches de l'enfer. Rien que ça.
 
T i t r e : Les vols de Cupidon.
Manga : Fairy Tail
Couples : Natsu x Lucy ; Grey x Juvia ; Jellal x Erza ; Gajeel x Levy 
Genres : Univers alternatif, Détectives, Romance, Schoolfic.
Statut : En réécriture
Résumé : Dans la petite ville de Magnolia, se tient l'académie de Fairy Tail. Comme dans toute académie, les élèves ont leurs groupes, leurs normes, leurs règles. Populaires, intellos, délinquants, on y retrouve les personnes de base qui jamais ne pourraient rester ensemble plus de deux minutes. Mais, lorsque des vols commencent à survenir, le principal n'a pas d'autre choix que de réunir certains élèves dans le but de traquer le voleur. Leurs différences vont-elles faire échouer leur mission ? Les apparences sont parfois trompeuses, et l'on ne pourrait pas être loin de tomber sur quelques vérités cachées. 
 
 
T i t r e : Les interdits sont faits pour être contournés. 
Manga : Fairy Tail
Couple : Non défini pour le moment
Genres : Univers alternatif, Romance, Schoolfic.
Statut : En rédaction
Résumé : Bienvenue à Fairy Tail, un lycée strict qui vous interdit :
> Les téléphones portables, consoles et autres appareils électroniques,
> Les permanentes, couleurs temporaires et coiffures faites à partir de gel,
> Les bijoux, comprenant également les pendentifs ou autres objets de valeur sentimentale,
> Le maquillage,
> Les piercings et les tatouages,
> Les changements d'uniforme,
> Les jupes trop courtes ou les chemises trop ouvertes,
> Les relations amoureuses.
Ah, et, en plus, deux bâtiments séparent les garçons des filles, qui, de ce fait, ne se rencontrent jamais. Bienvenue à Fairy Tail, le lycée parfait pour préparer les adolescent à la vie pourrie du monde des adultes. Vous voulez toujours l'intégrer ?
 
 
T i t r e : La haine d'un vampire.
Manga : One piece 
Couples : Luffy x Nami ; Ace x Nojiko
Genres : Univers alternatif, Romance, Surnaturel, Action-Aventure.
Statut : En rédaction 
Résumé : Nami est un vampire, tout comme sa s½ur Nojiko. Elles boivent du sang, mais n'allez pas croire qu'elles dorment dans des tombeaux en parlant de morts à longueur de journée ! Elles se mêlent aux humains, et n'ont qu'une seule règle : ne pas s'approcher de leurs ennemis jurés, les loups garous. Nami se fiche complètement de cette dernière, puisqu'elle souhaite tous les débusquer dans l'unique but de les tuer. Enfin, tout ça finira bien par se retourner contre elle... Pourquoi pas en emménageant à Fushia ? 
Hésitation à en faire une fiction originale. 
 
 
T i t r e : Horse's dance.
Manga : Fairy Tail
Couples : Non définis
Genres : Univers alternatif, Romance, Cavalerie, Danse.
Statut : En rédaction
Résumé : Au royaume de Fiore, la princesse va bientôt se marier. Enfin, ne nous focalisons pas sur cela, nous y reviendrons plus tard. Non, intéressons nous plutôt à Magnolia, plus précisément aux ranchs de spectacle s'y trouvant. Fairy Tail est aux antipodes de Dragon's Horses. Alors que le premier se base sur des danses élégantes autour des cavalières les plus douées, le second est principalement constitué d'hommes qui cherchent à impressionner la foule par des tours effrayants et dangereux. Bon, reprenons l'idée de base, le mariage... Vous voyez où je veux en venir ? Non, toujours pas ? Eh bien, les deux ranchs en concurrence, ces deux mêmes qui ne peuvent pas se supporter, vont devoir travailler ensemble pour réaliser des numéros basés sur l'amour lors d'un spectacle célébrant le mariage de la princesse. La boucle est bouclée, ce qui n'est pas pour plaire à nos protagonistes. 
 
 
T i t r e : Guerre des clans.
Manga : Naruto
Couples : Sasuke x Sakura ; Shikamaru x Temari ; Kiba x Ino ; Naruto x Hinata ; Neji x Tenten
Genres : Univers alternatif, Romance, Rivalité, Fantastique.
Statut : En cours
Résumé : Il y a plusieurs décennies, peut-être même un siècle, une guerre a éclaté dans notre immense royaume prospère. Huit familles, avides de pouvoir, ont souhaité dominer le pays, se retournant les unes contre les autres dans un bain de sang des plus atroces. Chacune possédait un don qui les mettait à leur avantage. Finalement, ils n'eurent d'autre choix que de se diviser la contrée en huit parties égales. Un pays ne put être partagé au risque de pencher la balance et de retirer toute égalité. Ce pays, Konoha, est un lieu où les habitants sont pauvres, mais dans lequel toute guerre est strictement interdite. Le pays neutre. Pour cette raison, une école y fut construite afin d'y envoyer les adolescents riches, et descendants des huit familles dominatrices. La rivalité sera leur seule alliée, mais comment faire, lorsque l'amour vient doucement s'y mêler ? 
 
 
T i t r e : Instinct de survie.
Manga : Bleach
Couples : Toshiro x Karin
Genres : Univers alternatif, Surnaturel, Survie, Romance.
Statut : En relecture
Résumé : Extrait explicatif : Plusieurs siècles auparavant, les loups étaient des espèces protégées par les hommes. Malheureusement, plus les années passèrent, plus le taux de chasseurs augmentait. Au début, ils ne se contentaient que de quelques loups, ours, ou renards. Mais, par la suite, tout se compliqua. L'on pourrait accuser les loups, qui, après plusieurs générations, eurent la malchance de posséder à chacun son pelage rare et unique. Quoi qu'il en soit, les chasseurs devinrent avides de ces splendides créatures. Ils les tuaient, leur arrachaient ces fourrures aux couleurs si appréciables, et les revendaient à un prix exorbitant. Plus le temps passait, plus leur pelage était beau et convoité, et plus les chasseurs tuaient. Des années s'écoulèrent, la race diminuait peu à peu. Les loups furent en voie de disparition. Croyez-le ou non, mais l'instinct de survie peut parfois accomplir d'incroyables prouesses. Alors qu'il ne restait qu'une poignée de loups dans le monde, tous, au même moment, parvinrent à accomplir l'inexplicable. Leurs corps grandissaient, leurs oreilles rapetissaient, et ils purent prendre apparence humaine. La seule chose qui rappelait leur race était leur incroyable couleur unique qui demeurait dans leurs cheveux et dans leurs yeux. Cette apparence qu'ils ne pouvaient garder que quelques minutes au risque de s'affaiblir leur permettait d'échapper aux chasseurs.
 
 
 T i t r e : Pandora's memory.
Manga : Pandora Hearts
Couples : Oz x Alice ; Break x Sharon
Genres : Univers alternatif, Romance,  Mensonges, Drame.
Statut : En cours
Résumé : Deux tueurs à gage sont engagés afin d'éliminer une jeune fille témoin d'un meurtre ainsi que l'agente qui lui a sauvé la vie. Seulement, la jeune fille a perdu la mémoire et l'agente est morte, laissant sa fille prendre le relais. Quand les mensonges prennent une place capitale, rivalisant avec l'amour. Au final, accompliront-ils leur mission ? 
 
 
T i t r e : Broken. 
Manga : Fairy Tail 
Couple : Sting x Lucy
Genres : Univers alternatif, Romance, Maternité.
Statut : En réécriture
Résumé : Tout aurait dû être parfait pour elle. On lui avait pourtant dit qu'il la trahirait, que ce ne serait qu'un coureur de jupons. Pourtant, après cinq mois de relations, elle lui fait pleinement confiance et choisit de se donner à lui. Pas de chance, elle ne l'a pas trouvé auprès d'elle à son réveil. Les rumeurs étaient vraies, et quelques jours après, il s'affichait déjà dans les bras d'une autre. Elle était brisée. Elle dû déménager, à son plus grand bonheur, et eût l'espoir de l'oublier. C'était sans compter sur le destin cruel qui prenait vie dans son ventre qui serait bientôt arrondi. 
 
 
T i t r e : Les invisibles.
Manga : Naruto 
Couples : Sasuke x Sakura + A découvrir
Genres : Univers alternatif, Revenants, Romance, Psychologique. 
Statut : En cours
Résumé : Non défini
A ne pas lire si l'on est facilement choqué. Cette fiction traite de la mort et du suicide, certaines scènes sont assez dures à endurer.
__
T i t r e : Non défini.
Manga : Bleach
Couple : Toshiro x Karin
Genres : Univers alternatif, Romance, Musique, Rivalité, Football, Schoolfic.
Statut : En rédaction
Résumé : Depuis toujours, le seul rêve de Karin fut d'un jour devenir footballeuse. Elle avait toujours été encouragée par sa mère, jusqu'au décès de cette dernière. Malheureusement, son stupide père s'est remarié avec sa stupide blonde et ils ont décidé sur un stupide coup de tête qu'elle était trop garçon manqué et qu'il fallait qu'elle arrête de jouer au foot. 
Comme si cela ne suffisait pas, la blonde écervelée a jugé bon d'envoyer Karin dans une Académie de musique... de musique ! Alors que la jeune adolescente ne joue pas d'un seul instrument ! Elle est convaincue que le ciel lui est tombé sur la tête... Eh ben, on voit bien qu'elle n'a pas encore mis les pieds à la Soul Society ! 
                                                          _____________
                              Brouillons : Histoire HitsuKarin reprenant Peter Pan.
                              Histoire GreyLu se basant sur 10 Bonnes raisons de te larguer.

                                              ________________________
Les autres sont encore dans ma tête ou bien trop brouillons pour être exposées. N'hésitez pas à me donner votre avis pour les Non définis.
x,

Hallon-chan 


S o m m a i r e .





Via Skyrock Android

Tags : Sommaire ♥ - Fanfictions - Toshiro x Karin - Natsu x lucy - sasuke x sakura - oz x alice - Break x Sharon - Sting x lucy - ...

One year for a dream : Chapitre I 22/09/2015

One year for a dream : Chapitre I

 
Avant toutes choses, il faut savoir que cette fiction est écrite sous un style assez "Disney", c'est-à-dire comme s'il s'agissait d'un conte de fée, mais à ma méthode. Voilà, en espérant que ce premier chapitre vous plaira !
 
____________________________________________________________________

                                             L'oiseau en cage rêvera des nuages.


Il fait sombre, aujourd'hui. Il va probablement pleuvoir. J'aime la pluie ; elle met un peu de difficulté dans le jeu auquel je préfère jouer. C'est la seule chose parvenant encore à me satisfaire, sauf exceptions. Je vis dans cette forêt depuis toujours, et n'en suis sortie que dans mes rêves les plus fous. Normal que j'en devienne lasse, au bout de douze années à fréquenter le même paysage. Maman avait pour habitude de me raconter ce qu'il y a là, à la lisière de notre profond bois. Des humains, des vrais, vivent après un chemin long de plusieurs nuitées. Elle m'a souvent parlé des Hommes. Eux, qui semblent si beaux, si gentils, si amusants ; je rêve de les rencontrer. Ici, les esprits de la forêt sont d'un inintérêt incomparable et désolant. Je songe à tous ces êtres inconnus que je pourrais rencontrer, si seulement j'osais mettre un pied en dehors de chez moi. Je ne le peux pourtant pas : je suis la seconde fille d'Ishin Kurosaki, soeur du prince Ichigo et de la jolie Yuzu. Et, même si je n'avais pas été la fille du roi, un champ de force nous protège de l'extérieur ; nous ne pouvons pas nous échapper. Je songe aux réprimendes qui m'attendent sans doute. Mon père déteste me voir jouer ; il aimerait que je me conduise comme ma soeur jumelle, qui pourtant ne me ressemble en rien. J'aime grimper aux arbres, courir après les animaux, jouer sans jamais m'arrêter. Elle, elle est dotée d'une délicatesse comme on n'en voit plus et d'une santé fragile comme maman. J'espère que Yuzu ne succombera pas, maman n'a pas survécu, après tout : la maladie l'a emportée. Père accuse les humains ; “ Ils sont les seuls fautifs ! “ crie-t-il sans arrêt. Il les déteste, il ne comprend pas. Yuzu non plus, d'ailleurs. Personne ne comprend l'admiration que je ressens envers ces être que je n'ai jamais rencontrés. Ichigo est le seul à ne pas me juger, il s'en fiche, tout simplement. Mais j'ai l'impression d'être la seule à vraiment croire en eux, en ces êtres que je chéris tant. Je ne peux que me contenter d'observer l'étendue de notre forêt, sur la plus haute branche du plus grand arbre. Je me demande combien de temps je pourrais bien mettre pour l'atteindre, cette lisière. Je ne la vois pas, d'ici.
 
— Hé, petit singe, descends de là !

Je baisse la tête et observe la masse indomptée de cheveux roux qui me fixe avec deux prunelles brunes incomparables. Ichigo n'a aucune crédibilité, surtout lorsqu'il tente de jouer les hommes sérieux. Je saute et atterrit sur ses épaules, tandis qu'il réprimande mon côté casse-cou. Nous marchons en direction de notre habitat, en compagnie de Kon, un lionceau qui a une petite préférence pour les esprits de la forêt de sexe féminin, en particulier lorsque leur poitrine est corpulente. Ah, je semble en avance sur mon âge, pour une petite fille de douze ans, n'est-ce pas ? C'est pour l'unique et stupide raison que voici : nos caractères sont avant tout basés sur un fond de sagesse, et nous devenons matures très jeunes. Je n'ai jamais souhaité être ainsi, n'aspirant qu'à m'amuser. Pourtant, mon cerveau fonctionne ainsi, me forçant à réfléchir avant d'agir, bien que je fasse toujours en sorte de choisir les mauvaises décisions. Mon père se précipite dans ma direction dès qu'il m'aperçoit.

— Karin ! Il est dangereux de te promener seule ainsi ! me réprimande-t-il.
— Ce n'est pas comme si vous n'aviez pas l'habitude, père. Si cela ne tenait qu'à vous, je serais enfermée en permanence dans une haute tour.

Une gifle retentit, sa main sur ma joue claque dans un bruit léger mais brutal. Je pourrais être énervée, mais je sais que j'ai tendance à mettre ses nerfs à rude épreuve.

— Ne me réponds pas de la sorte. Prends donc exemple sur ta soeur. Ta beauté égale peut-être la sienne, mais ton caractère te fait défaut.

Il a tort sur un point : je ne suis pas aussi belle que Yuzu. Elle a les cheveux courts et bruns, ainsi que de grands yeux assortis. Son visage respire la douceur et la gentillesse. Tout en elle contraste avec mes cheveux courts et noirs, mes yeux en amande gris et ma peau tellement claire que si je me promenais nue dans notre forêt en hiver, personne ne pourrait me repérer parmi les flocons. Selon les dires, les filles Kurosaki sont les plus belles enfants jamais connues dans toute l'histoire de notre forêt. Bien que je n'y croie pas une seconde, mon père, lui, semble vieillir de dix ans à chaque fois que je sors en douce. Il s'inquiète pour un rien, selon moi. Je me plains, et suis un peu jalouse de Yuzu, qui est aimée de tous. Je sais pourtant qu'il est idiot de penser de cette façon étant donné que je suis la seule responsable de mon caractère. Je monte dans ma chambrée et m'allonge dans mon lit, défroissant ma couverture faite de feuilles de chêne. La porte s'ouvre et Yuzu passe timidement sa tête dans le chambranle.

— Entre, lui intimé-je.

Elle ne se fait pas prier et s'assoit gracieusement à mes côtés.

— Karin, tu sais, père est simplement inquiet. Ne lui en tiens pas rigueur...
— T'en fais pas, je le sais bien ! C'est juste que... j'aime être dehors.
— Je ne te comprends pas, me répond-elle. Ici, dans notre immense forteresse de bois, nous sommes heureuses. On prend soin de nous et on se plie à nos quatre volontés.

Je tourne les yeux vers ma fenêtre et observe le ciel en soupirant.

— Tu as de la chance, lui dis-je au bout de quelques secondes, cette vie est faite pour toi. Tout le monde t'aime, tu es tellement géniale.
— C'est pourtant faux. Tu devrais mieux regarder autour de toi, Karin. Je ne suis pas comme tu le penses.

Je fronce les sourcils et elle sourit à nouveau en chassant l'idée d'un revers de main.

— Je veux dire par là que tu es sincèrement aimée par tous ceux que tu rencontres. Et ils ne t'apprécient pas pour ton visage, mais pour ta franchise et ta sincère bontée.
— Tu confonds nos deux êtres, là !

Elle secoue la tête en haussant les épaules et tousse légèrement. Quelqu'un toque à la porte et, lorsque je donne ma permission, c'est Orihime, la servante royale, qui entre. Cette kitsune a de longs cheveux aussi roux que ceux d'Ichigo et est d'une splendeur qui ferait jalouser n'importe quelle fille normalement constituée. Etrangement, je la sens fourbe et j'ai du mal à la supporter. Elle se précipite sur Yuzu, l'air inquiet.

— Mademoiselle Yuzu, vous n'avez pas pris vos médicaments, aujourd'hui.
— J'ai dû oublier. Pourrais-tu m'accompagner jusqu'à ma chambre, s'il te plaît ?
— Bien entendu. Mademoiselle Karin, me permettez vous de me retirer en compagnie de votre s½ur ?

Elle s'attend à ce que je rétorque “ Non, je refuse et prends le risque que ma s½ur puisse tomber malade puisqu'elle n'a pas pris ses médicaments “ ? Je me contente de hocher la tête et les observe sortir, Yuzu s'appuyant contre la renarde. Orihime a des sentiments pour mon frère, c'est évident. Elle bafouille en rougissant chaque fois qu'elle se retrouve face à lui. Je me fiche bien de l'amour ; je veux juste m'amuser, je suis trop jeune pour penser à tout ça. Malgré tout, si je pouvais choisir, je préférerais vivre en compagnie d'un humain, mais, encore une fois, personne ne le comprendrait. Le personnel et les habitants de la forêt m'assurent qu'il s'agit d'une légende. Yuzu refuse d'en parler : “ Nous n'avons pas l'autorisation de traiter sur ce sujet “ répète-t-elle souvent.

On m'appelle pour dîner, et je descends les marches d'un pas lent avant accélérer lorsque mon estomac prend le dessus sur mon envie de faire attendre mon père juste pour avoir le dernier mot. De toute manière, notre grand salon est vide, me laissant face à une immense table entourée de meubles et de sièges. Je m'assois sur ma chaise de bois et tapote mes doigts contre la surface froide de la table faite de la même matière. Lorsque je relève la tête, je ne suis plus seule : ma famille est assise le long de notre table, et plusieurs servants s'approchent pour servir les plats. Est-ce cela, la vie parfaite, d'après Yuzu ? Se faire servir à longueur de journée ? Ce n'est pas ce que je souhaite. Je rêve de courir sans limite, de franchir la lisière, de confirmer l'existence des humains, de devenir moi-même humaine. Je rêve d'être libre.

Je me laisse glisser le long du tronc de mon arbre favori afin d'atterrir sur le sol trempé par la pluie qui a fait rage cette nuit. Je me lance sur un nouvel arbre et saute de branche en branche avec agilité, le sourire aux lèvres. C'est glissant ; tout est hyper glissant ! Tellement drôle, tellement amusant, je me sens comme la petite fille que je suis censée être. Pas celle qui réfléchit, que pense trop, mais celle qui est bien trop immature pour prendre conscience des choses. Maman me l'a dit une fois : il paraît que les humains sont ainsi, à cet age-là. Elle a toujours été la seule à me comprendre, ou plutôt, elle est celle qui m'a tant fait apprécier cette race légendaire. Dans un élan de nostalgie, je n'aperçois pas la branche devant moi et la manque de peu avant de tomber sur le sol. En me relevant, je remarque une petite maison de bois que je n'avais jamais vue auparavant. Je me suis sans doute trop éloignée de chez moi. Si père l'apprend, je serai enfermée pour de bon. Juste au moment où je fais mine de repartir, la porte d'entrée grince, me faisant sursauter. Une très belle femme aux longs cheveux verts sort. Une cicatrice barre son visage, juste entre ses deux yeux jaunes. Elle me sourit, dévoilant ses dents parfaitement alignées.

— Que me vaut l'honneur de votre visite, demoiselle Karin ?
— E...Euh...
— Non, ne dites rien, je le sais. Vous jouiez, mais vous vous êtes trop éloignée ? Allez vous-en vite alors : ce lieu est interdit.
— Comment le sais-tu ? Et, pourquoi cet endroit est-il interdit ?
— Vous avez de la chance d'être aussi mignonne, me dit-elle en prenant une mèche de ses cheveux entre ses doigts. Je parie que tout le monde vous aime ? Je me demande s'ils vous aimeraient, sans votre joli minois. Non, je ne pense pas, avec votre caractère.

Je fronce les sourcils.

— Pardon ?
— Je peux vous offrir ce dont vous rêvez. Revenez donc un jour.

Elle referme la porte derrière elle et le soleil couchant me force à faire demi-tour. Qui était-elle ? Elle était tellement étrange ; comme si elle savait tout de moi, était au courant de tout. M'offrir ce dont je rêve ? Comment cela pourrait-il être possible ? En entrant chez moi, père me saisit par les épaules avant de me monter jusqu'à ma chambre. La fenêtre est condamnée. Il me gifle si fort que j'atterris sur le lit — par chance, le corps d'un esprit de la forêt et très résistant, alors il en faut bien plus pour que je ressente la moindre douleur, et il le sait. Cependant, ses yeux lancent des éclairs : il est furieux.

— Tu es sortie, et ce, malgré mon interdiction ? Et en plus, j'apprends que tu es allée chez la bannie ? fumine-t-il.
— L...La bannie ? Non, je n'ai jamais...-
— Assez ! Tu ne sortiras plus d'ici, désormais. J'estime avoir été bien trop clément avec toi.

Il referme la porte à clé, et, alors que je tambourine contre elle, j'entends son pas lourd s'éloigner peu à peu, entraînant avec lui le peu de liberté dont je disposais.
 
— Père ! Père, ouvrez-moi !
 
Aucune réponse. Je reste là, les pieds encore humidifiés par l'herbe mouillée de l'extérieur, froissant et défroissant avec nervosité ma robe courte et blanche. Je n'ai pas rencontré la bannie, j'ai juste... Non, une minute. Il n'y a qu'un seul endroit que l'on a pour interdiction de visiter. Cette maison et cette femme se trouvaient bien trop éloignées pour faire partie de notre village, et, au-delà de la limite du centre, il nous est strictement interdit de pénétrer dans ce qu'on appelle “ le Lointain de la forêt “. Cela signifierait-il que cette femme que j'ai rencontrée tout à l'heure est la bannie ? Tout de même, c'est impossible : on dit d'elle qu'il s'agit d'une sorcière ayant commis tant d'horreurs qu'elle a été exclue de notre territoire ainsi que de notre race. Je ne savais pas qui elle était, ni qu'elle se trouvait encore dans notre forêt, père n'avait pas à me punir ainsi. De plus, enfermée comme je suis, je ne risque pas de la revoir. Je m'asseois sur mon lit — avec beaucoup moins de grace que Yuzu.
 
Père n'a absolument pas l'intention de me laisser sortir. Voilà trois jours qu'il fait monter mes repas. Je m'ennuie tellement, il n'y a rien à faire ici, et je n'ai vu personne en dehors de la servante qui ne m'adresse ni parole ni regard. J'ai toujours détesté être seule, c'est là une de mes plus grandes peurs. Orihime entre, pose mon plat sur mon bureau et ressort sans me dire un mot ni me lancer un regard. Lorsque je me précipite sur la porte, la clé se tourne et me voilà de nouveau enfermée. J'en ai marre, c'est pas permis d'être retenue prisonnière par un roi stupide et égoïste ! Mon père m'énerve, pourquoi ne me comprend-il pas ? Je nai pas le temps de me poser plus de questions : un bruit sourd me surprend. Le plat est au sol, et, après avoir assimilé que je ne mangerai pas ce midi, c'est Kon qui attire mon regard. Le lionceau monte sur mon lit.
 
— Kon ! Mon repas !
— C'est tout ce que tu trouves à dire à la première personne t'adressant la parole depuis des jours ?
 
Je lui tapote la tête en souriant.
 
— Je suis contente de te voir. Père est toujours furieux ?
— Il culpabilise de s'être conduit comme il l'a fait, mais il n'a pas l'intention de te laisser sortir. Ce que tu as fait est grave, cette fois.
— Et toi, te cacher sous un plat, tu crois que ce n'est pas grave ? rétorqué-je, narquoise.Tu vas te faire gronder, si quelqu'un l'apprend.
— Mais personne ne le saura, puisque tu ne diras rien, Karin !
 
Nous rions, sachant pertinemment que ce n'est pas moi qui irai vendre la mèche. Après tout, Kon sait beaucoup de choses sur moi, notamment toutes les bêtises que j'aie pu commettre. Nous parlons durant un moment, une ou deux heures certainement, et le lionceau court se cacher sous mon lit lorsque la porte s'ouvre à nouveau. A ma grande surprise, c'est mon père qui entre. Il se contente de me toiser du regard, visiblement en proie à une grande réflexion.
 
— Je t'autorise à sortir de ta chambre.
— Vraim...-
— A trois conditions, me coupe-t-il. La première : jamais plus tu ne t'approcheras de la bannie. La seconde : tu ne sortiras plus de la forteresse, et, la dernière : tu ne parleras plus jamais de cette stupide légende concernant l'existence des humains.
— Qu'avez-vous contre eux, père ? Vous ne les avez jamais rencontrés ! Je les admire, j'aurais rêvé naître humaine !
— Assez ! hurle-t-il. Humaine ? Es-tu complètement idiote ? Les humains n'apportent que le malheur, et tu souhaites être des leurs ? Tu penses vraiment pouvoir sortir après cela ?
 
Il referme la porte après être sorti de ma chambre.
 
— Je vous déteste !
 
Kon se montre finalement, tentant de faire comme s'il n'avait rien entendu. Je caresse sa fourrure dorée, le dépasse et tire sur les planches bloquant ma fenêtre.
 
— Karin ? Mais qu'est-ce que tu fais ?
 
Je continue et tombe en arrière, une planche entre mes bras. Je répète mon geste encore et encore jusqu'à ce que ma fenêtre soit complètement libérée. Kon répète sa question en se plaçant devant moi.
 
— Je m'en vais ! Je vais voir la bannie, elle me permettra d'aller vivre auprès des humains !
— Te permett... Es-tu folle ? Tu ne peux pas faire ça, Karin : elle est dangereuse ! Elle n'a pas été bannie pour rien !
— Elle m'a dit qu'elle m'aiderait à réaliser mon rêve !
— Si tu veux tant aller dans le monde des humains , tu n'as qu'à dépasser la lisière !
— Tu devrais savoir que la lisière n'est pas franchissable à cause du champ de force que père a mis en place à la mort de ma mère. Je suis obligée de rencontrer la sorcière de la forêt, je n'ai pas le choix, Kon.
— Et tu as l'intention de t'y rendre seule ? Et s'ils n'existent pas ? Si tu fais ça pour rien ?
— Je suis sûre qu'ils existent, je crois en eux ! Et oui, j'irai seule. Qui penses-tu vouloir m'accompagner là-bas, sérieusement ?
 
Je saute par la fenêtre et pars en courant sans prendre la peine de ralentir. Je sais que Kon me suit ; il ne me laisserait pas seule face à un éventuel danger, étant trop attentionné pour ça. Je mets un moment avant d'atteindre la limite de notre territoire. Cette fois, je peux clairement voir l'écriteau indiquant l'interdiction de pénétrer en ces lieux. J'attends Kon et nous franchissons la limite, lui avec un peu moins de détermination que moi.
 
— Est-ce vraiment ce que tu souhaites ? Tu vas laisser les habitants et ta famille, derrière.
 
Il a raison : je ne suis pas vraiment sûre de mon choix, mais je veux réaliser mon rêve. Maman aurait souhaité la même chose, elle voulait mon bonheur. Mais serai-je en mesure de revoir ma famille, après ça ? Serai-je bannie à mon tour ? Un membre de la royauté en exile serait du jamais vu. Une princesse qui fugue en un lieu interdit aussi, d'ailleurs.
 
— Oui, Kon. Mais tu devrais t'en aller : les conséquences pourraient s'avérer catastrophiques.
— Je ne t'abandonnerai pas. J'avoue être mort de peur à l'idée de rencontrer une légende peut-être inexistante, mais je resterai avec toi. Ne sommes-nous pas amis ?
— Avoue que tu songes surtout à toutes ces femmes que tu pourrais rencontrer, lionceau pervers. Après tout, on dit des humains qu'ils nous ressemblent en tout points, même s'ils s'habillent différemment et n'ont les mêmes capacités.
 
Il détourne les yeux tandis que je me reconcentre sur le chemin. Au loin, j'aperçois une forme qui me force à m'arrêter. La bannie. Elle s'approche de nous d'un pas lent, nous fixant de ses yeux de serpent ; un sourire orne ses lèvres. Elle enroule encore son doigt autour d'une mèche de ses cheveux.
 
— Je vous attendais, vous êtes en retard. Venez, entrons chez moi, ce sera plus confortable pour discuter.
 
Je la suis et Kon tente de me retenir avec ses griffes. Il ne m'arrête pas pour autant, et j'entre à l'intérieur, le lionceau peureux sur mes talons. Le petit salon dans lequel nous atterrissons est sombre ; aucune lumière ne traverse le bois. Un feu est allumé dans une sorte de boule d'eau, me permettant de distinguer les traits indéchiffrables de la bannie.
 
— Nous n'avons pas tout notre temps : votre cher père a envoyé des troupes de soldats afin de venir vous chercher.
— Savez-vous vraiment ce que je veux ?
— Oh, vous me vouvoyez, maintenant ? Est-ce par admiration ? Non, par peur, je dirais, dit-elle, enroulant toujours son doigt dans ses cheveux.
 
Elle saisit mon visage entre son pouce et son index et le tourne à droite, puis à gauche.
 
— Vous êtes la créature la plus mignonne que je n'ai jamais vue. Ce serait injuste que de vous faire connaître le parfait conte de fée, ne croyez-vous pas ? J'ai deux conditions, pour vous envoyer là où vous avez tant rêvé d'aller.
— Comment comptez-vous m'y envoyer ?
— Ma magie repose sur la métamorphose ainsi que la téléportation. Il me faut juste une de vos mèches de cheveux, ainsi qu'un... poil de votre bestiole, et hop, vous serez téléportés de l'autre côté de la lisière, à quelques nuits d'ici.
— Et quelles sont vos conditions ? demandé-je, septique.
 
Elle me lance un petit sourire malicieux, me faisant frissonner de malaître.
 
— Mon prix a augmenté, maintenant. J'ai trois conditions. La première, vous aurez un an pour trouver l'amour de l'autre côté. Cela ne vous intéresse pas ? Je ne vous demande pas votre avis : il faut bien que je me divertisse.
 
Cette femme est complètement folle. Je ne veux pas et n'ai absolument pas l'âge requis, ni pour me marier, ni pour tomber amoureuse. Kon tire sur ma robe ; il n'est pas d'accord. Je pèse le pour et le contre.
 
— La seconde ?
— Si vous échouez, votre beauté sera mienne, et votre âme sera jetée dans les bouches de l'enfer. Quant au lionceau, je m'en fiiche, je le rendrai certainement au roi dans un beau paquet cadeau : il saura en faire bon usage.
 
J'avale difficilement ma salive tandis que Kon déchire ma robe tant il tire dessus.
 
— Karin, tu ne dois pas accepter... Que faire, si tu échoues ? me souffle-t-il.
— Et... Et la troisième condition ? dis-je la voix tramblante.
 
 
J'ai peut-être une chance de réussir. Après tout, on vante bien ma beauté — inexistante — malgré mon caractère des plus insupportables.
 
— La troisième ? la bannie a un petit rire narquois.
— Oui, la troisième, m'impatienté-je.
— Si je vous laisse y aller ainsi, vous trouverez tous les hommes à vos pieds, jeune demoiselle. Ce serait trop facile. Je vous rendrai laide ; pas horrible, je ne changerai même pas votre forme. Je vous ajouterai un peu de poids, et une cicatrice viendra barrer votre front, juste comme moi, pour que vous vous souvenniez bien que vous n'avez qu'un an, que tout rêve est éphémère. Je vous prouverai ainsi que seule la beauté compte, pour les autres, m'explique-t-elle.
 
Elle réduit mes chances à néant. La douleur que me procurent les griffes de Kon me permet de me concentrer.
 
— Je n'ai pas tout mon temps, décidez-vous vite : les soldats ne vont plus tarder.
— Je... Je...
— Vous hésitez ? Votre rêve n'est donc rien, pour vous... Imaginez tout ce que vous pourriez faire. Vous seriez libre durant un an. Si, durant cette année, la personne que vous aimez vous retourne sincèrement vos sentiments, et que vous vous échangez un baiser avant la nuit du trois cent soixante-cinquième jour, vous vivrez avec les humains pour toujours et votre apparence vous sera rendue.
 
Kon m'implore du regard, et je tente de le rassurer en lui tapotant la tête. Je serre très fort les yeux au moment où je réponds :
 
— J'accepte.
— Fantastique, bonne enfant. Oh, j'allais oublier : votre bestiole sera changée en... autre chose. Une peluche de lion, en fait.
— Qu'est-ce qu'une peluche ?
 
Elle tape dans ses mains et, lorsqu'elle les ouvre, une sorte de grand lapin fait dans une matière douteuse et inconnue apparaît sur la table.
 
— Cela, mais en lion. Les lionceaux ne sont pas autorisés en liberté, et les peluches ne parlent pas. Seule vous devez entendre cette bestiole parler. Ce serait dangereux pour vous deux si un humain surprenait une conversation. Allez, donnez moi une mèche de cheveux. Et signez ici.
 
Elle me tend une feuille vieillie par le temps ainsi qu'un stylo et je signe après avoir lu. Tout ce qu'elle a énoncé est noté ici. Je ne sais pas si les humains existent, j'en ai juste le pressentiment. J'ai l'impression d'avoir pactisé avec le diable, mais qu'importe, puisque je tiens là une chance de réaliser mon rêve. Des bruits se font entendre dehors et je n'ai pas le temps de voir quoi que ce soit qu'elle tape trois fois dans ses mains. Mon corps se modifie, je le sens. Tout bouge à l'intérieur, comme si mes cellules se déformaient, s'entrechoquaient, se reformaient. Il fait tellement noir que je n'y vois rien. Je n'entends rien non plus. M'a-t-elle menti ? Oui, sûrement. Je n'aurais jamais dû faire une chose pareille, mais, tout ce que je sais, c'est que je ne peux à présent plus faire marche arrière.
 
 
One year for a dream : Chapitre I
 
Voilà pour le premier chapitre. Bien sûr, la romance va avoir un long chemin à faire, et tous les personnages ne sont pas encore arrivés. Ce chapitre est avant tout là pour poser les bases. J'accepte les critiques, du moment qu'elles sont constructives.
 
x,
 
Hal.

Tags : One year for a dream - Chapitre 1 - Toshiro x Karin - fanfiction